Favoris
0
Panier
Street-art

Du graffiti made in Toulouse

La Truskool

Dans le jardin d’Embarthe, le plus ancien graff toulousain encore visible occupe un mur envahi par le lierre. Commandé par la mairie en 1994, il est signé par quatre des membres d’un collectif précurseur à Toulouse, la Truskool.

Toujours dans le quartier, en 2000, l’association de quartier et les habitants font appel à des graffeurs pour repeindre la rue Gramat. Depuis, cette rue est un monde à part, coloré et sans cesse renouvelé grâce aux nouveaux graffitis qui recouvrent les plus anciens.

Plus récemment, Tilt,Tober, Soone, 2pon, Ceet, Sike, Der, tous membres de la Truskool, ont rassemblé leur blaze (signature), comme des strates archéologiques sur un immeuble près de la place Arnaud-Bernard. Un vrai clin d’œil à l’histoire du graff dans le quartier.

Mademoiselle Kat

Mademoiselle Kat est une des pionnières du graff à Toulouse. Ses personnages féminins peints au pinceaux et inspirés d’icônes du cinéma ou des dessins animés ornent régulièrement les murs de la Ville rose depuis les années 90, ainsi que des collages, plus actuels, de baby dolls. En 2019, elle a signé une fresque colorée, enthousiaste et engagée, aux allures d’affiche de film des années 50, pourtant bien ancrée dans l’actualité avec son message « Le climat se réchauffe ».

5, rue Sainte-Ursule

Miss Van

Miss Van est revenue à Toulouse en 2016, son terrain de création d’origine, pour composer une œuvre dans le cadre du festival des cultures urbaines Rose Béton. Intitulée « La Symphonie des Songes », cette fresque onirique, sensuelle et poétique, peinte au pinceau, se fond à merveille avec l’environnement urbain et représente une figure féminine entourée de masques inspirés de différentes cultures du monde.

5, rue du Pont de Tounis

Poes et Jober

Connaissez-vous « L’épopée de Gilgamesch » ? Cette œuvre littéraire, la plus ancienne au monde, a été rédigée en lettres cunéiformes sur des tablettes d’argile et conte les aventures du roi d’Uruk à la recherche de l’immortalité. Poes et Jober ont illustré dans le quartier du Busca une version très contemporaine et ludique du personnage. Le ton coloré et le foisonnement de détails apportent un regard jovial et décalé à cette légende de l’histoire de l’humanité.

30, rue Marceau

100Taur

100Taur a peint en 2018 une œuvre spectaculaire, l’une des plus longues fresques de la ville, près d’un boulodrome du quartier des Minimes. L’artiste a puisé son inspiration dans l’univers de Picasso, de Jérôme Bosch et de la culture populaire et composé un monde habité par des créatures étranges et fantastiques, notamment des limaces, son sujet de prédilection.

Rue des Anges

Maye et Mondé

Maye et Mondé ont réalisé en binôme une œuvre singulière pour nous dire : « Nous sommes des moutons et nous avons tous besoin d’une bergère ». Au premier plan, Maye a représenté une bergère au corps mécanique et à la posture improbable. Avez-vous remarqué la finesse de la dentelle ? Elle a été réalisée entièrement à la bombe ! En arrière-plan, se déploie la calligraphie de Mondé inspirée de l’écriture arabe. Scrutez bien son travail et vous pourrez lire quelques mots de son message.

64, avenue de l’URSS

Reso

L’immense graff de Reso trône sur toute une façade d’immeuble, au bord du canal du Midi. L’artiste est originaire de Toulouse et son « wild style » est reconnu dans le monde entier. Depuis des années, cette personnalité incontournable dans le milieu du graffiti joue avec le lettrage. Il signe ici une composition graphique toute en courbes et très coloré dans laquelle il déforme et entremêle les lettres jusqu’à les rendre presque abstraites.

Avenue Albert Bedouce

Hendrik Beikirch

Hendrik Beikirch dit aussi ECB, est un artiste allemand adepte de l’hyperréalisme dans le graffiti. Il représente des personnes réelles, marquées par l’existence et le temps et qui ne laissent personne indifférent. En 2016, dans le cadre du festival Rose Béton, il a réalisé le portait d’un tisserand berbère qui a disparu avec la démolition de l’immeuble. En 2017, ECB est revenu peindre un second portrait, celui d’une aïeule sibérienne rencontrée lors son itinérance, toujours visible dans le quartier d’Empalot.

Rue d’Antibes

CeeT

CeeT a grandi à Toulouse avant de s’expatrier en Chine. Ses petits poulets, ronds et colorés, ont fait le tour du monde et sont devenus sa marque de fabrique. Pour cette réalisation, les habitants ont pu voter pour la fresque de leur choix. La fresque est à la fois ludique et grinçante, si on fait un parallèle avec l’individu et sa place dans la société.

32 rue Jean Moulin

Hense

Graffeur venu d’Atlanta, Hense était invité en 2019 lors du festival Rose Béton. L’abstraction, la juxtaposition des formes, les grands aplats de couleurs guident son élan artistique. Toujours en relation avec les bâtiments environnants et sur de grandes surfaces, Hense apporte un petit choc visuel dans ce quartier d’anciens hôtels particuliers de l’époque classique.

6 rue Sainte Anne

Les cultures urbaines ont aussi des lieux dédiés à découvrir : le 50cinq, l’Aérochrome ou encore 22M2.

Suivez le guide !

Le graff tour

Enfin, l’office de tourisme organise le Graff tour, une visite guidée de deux heures, à pied et parfois en autocar, pour découvrir les origines et les codes du graffiti.