Quand nous pourrons revivre Toulouse | Toulouse Tourisme
Vous êtes ici
HapTag
Coup de coeur

Quand nous pourrons revivreToulouse

Nous avons demandé à des Toulousains de nous révéler où ils se rendront en tout premier lieu lorsque l’activité pourra reprendre.

Où irez-vous en premier lorsque nous cesserons d’être confinés ?

Toulouse est vivante grâce à ses théâtres, boutiques, hôtels, musées, restaurants, bars et bien d’autres activités qui font vibrer et bourdonner la ville au quotidien. Ces lieux ont été contraints de fermer leurs portes au public. Il nous tarde que la saison 2 de ce confinement se termine pour retrouver nos endroits préférés. Pas vous ?

Je suis impatiente de pouvoir à nouveau flâner et feuilleter les livres dans les librairies, notamment dans ma librairie jeunesse préférée, Tire-Lire. Mes achats se font au gré de mes déambulations dans les rayons et des discussions avec les libraires, alors le click and collect n’est pas adapté pour ça… même si c’est une chouette possibilité en attendant mieux. Je retournerai aussi dès que possible au cinéma Utopia Borderouge, dans mon quartier. L’ambiance des salles obscures me manque, et je jette un coup d’œil frustré à chaque fois que je passe à côté. Et vivement la réouverture des restaurants pour retrouver le plaisir d’un repas entre amis ! J’apprécie beaucoup le Sixta, pour son cadre et son accueil chaleureux et pour les plats proposés avec une vraie offre végétarienne et des desserts véganes délicieux.

Cécile, 43 ans, autrice et journaliste
 

Nous commencerons dans la ferveur et la chaleur du quartier des Carmes et nous nous installerons à la terrasse de Jano. Du vin et une planche de charcuterie : classique mais tellement efficace. Nous irons ensuite nous réfugier dans la brique toulousaine et le bruit des glaçons au Fat Cat. Alcools d’exceptions mélangés aux saveurs inattendues mais explosives. Lorsque le bar fermera ses portes pour que la nuit s’ouvre, nous partirons.
Ivres de liberté, nous planterons notre nez au ciel, face au Capitole. Main dans la main, heureux et silencieux, nous contemplerons de façon quasi religieuse la beauté du moment. Les cloches de Saint-Sernin sonneront trois coups.
Trois coups pour reprendre cette folle tournée, cette joie de retrouver des amis et surtout d’aller danser jusqu’au bout de la nuit.

Romain, 33 ans, coordinateur hôtellerie/restauration
 

Lors du déconfinement, je souhaite aller dans un premier temps... au RESTAURANT !
La Gouaille est un restaurant où j'ai l'habitude de retrouver mes copines. Ces moments me manquent, j'ai hâte d'y retourner.
J'aimerais ensuite pouvoir flâner dans la petite boutique Meric, place des Carmes. Incontournable pour moi pour trouver les cadeaux de Noël. Mes enfants l'adorent.
Et enfin, j'adorerais voir un ballet au Théâtre du Capitole en famille.
L'année dernière, nous sommes allés voir Casse-Noisette. C'était vraiment chouette. À refaire à Noël si cela est possible.

Isabelle, 37 ans, infirmière
 

La vie, la vraie, ça recommencera assurément par une grande tablée de rire et de plaisir chez Casa Natachou à la rencontre d’une cuisine délicieuse et d’une équipe formidable. Addition réglée, je mettrai le cap à la librairie Privat pour trouver ce livre qui accompagne parfaitement un après-midi sur les berges de la Garonne en compagnie de grand air et de soleil. La nuit enfin, Le Bikini pour y danser, chanter, sourire et s’aimer.

Pascal, 26 ans, chargé d’études
 

Le bonheur serait de retrouver la bande d’amis de tant d’années autour d’un fabuleux cocktail au Fat Cat, rue de Rémusat... Une après-midi chez Ombres Blanches à traîner aux rayons polar, roman, nouveautés, musique.
Ce ne serait pas parfait sans un passage au Laboratoire rue de la Bourse à la recherche du vinyl impeccable pour l’envie du moment.
Un concert ? Oui, au Bikini, bien sûr ! La foule, le bruit, la salle qui s’éteint, la clameur… et le groupe rentre sur scène !

Olivier, 53 ans, coiffeur-maquilleur tournages
 

- Papa, le confinement c’est terminé. On peut sortir ?
- Monte, on prend le vélo. J'ai besoin de changer mon casque !
On file : Palais de Just…
- Papa ! Il y a y a une nouvelle exposition au Muséum. On s'arrête ?
- Ça roule !
Donc, je disais, Palais de Justice, place du Salin, on remonte le cardo maximux direction Cyclable.
Ville rose, ciel bleu, vélo vert, on retrouve enfin Toulouse.
- Tant qu’à être dans le coin, un banoffee chez Bapz ?
- Sure, Dad!
Après un crochet presque rapide par la librairie Tire-Lire et une nouvelle pause presque éclair chez Imagin’ères...
- Tu as vu l’heure ? Demi-tour, on nous attend à la maison...
- Mais, Papa, ton casque ?
- On verra demain. Maintenant on peut sortir !
Et hop, cardo maximux en sens inverse…

Richard, 42 ans, directeur, et sa fille Ana, 8 ans
 

Bien nichée dans le centre-ville, une boutique aux airs de jungle, c’est Capsule Végétale, une jardinerie-café où l’on trouve des plantes sublimes, des créations d’artisans locaux et le grand sourire de la gérante. Un vrai bol d’oxygène. J’y choisis souvent des cadeaux (qui me sont parfois destinés…).
Pour l’ambiance et pour la carte, j’ai hâte de me retrouver à l’Embargo pour commander un de leur burger décadent avec une bière artisanale. Tout y est vegan, mais du vegan qui fait des tâches, si je puis me permettre.
Il me tarde également de revenir à la bibliothèque d’Études et du Patrimoine, tant pour son fonds, que pour sa forme. Comme en librairie, on y découvre des ressources totalement inconnues. C’est salvateur de sortir des chemins balisés.

Lucile, 31 ans, libraire

Vue depuis Ma Biche sur le Toit à Toulouse
Elsa_Cyril

En attendant de pouvoir concrétiser notre faim de saveurs gourmandes ou notre soif de plaisirs culturels, continuons de commander à emporter et de nous distraire à distance !

Retrouvez tous les sites pour consommer local, en emporter ou en livraison, sur le site de la Mairie de Toulouse.

Si vous aussi, vous souhaitez publier un témoignage, contactez-nous à l.deazevedo(at)toulouseatout.com.