Vous êtes ici

10graffs

Graffiti rue Gramat
Meritxell Baldello - Office de Tourisme de Toulouse
Graff jardin d'Embarthe
Chloé Sabatier

Jardin d'Embarthe

Passez la grille du jardin d'Embarthe : dans ce havre de nature à l'écart de la frénésie urbaine, le plus vieux graff toulousain encore visible occupe un mur envahi par le lierre. Commandé par la mairie en 1994, il est signé par 4 des membres de la Truskool.

Nos Tops
Meritxell Baldello - Office de Tourisme de Toulouse

Rue Gramat

Au cœur du quartier populaire d'Arnaud-Bernard, la rue Gramat est une rue haute en couleurs ! En 2000, l'association de quartier et les habitants font appel à des graffeurs pour repeindre les murs de la rue. S'il ne reste plus beaucoup de traces de l'œuvre initiale, la rue est aujourd'hui encore un monde à part, sans cesse renouvelé, où de nouveaux graffitis recouvrent les plus anciens.

Fresque de la Truskool place Arnaud-Bernard
Meritxell Baldello

Place Arnaud-Bernard

Non loin, toujours dans le quartier emblématique et vivant Arnaud-Bernard, se trouve une fresque plus récente de la Truskool. Le collectif est réuni par la ville en 2017 pour réaliser une œuvre commune géante : les sept membres apposent sur 30 mètres de hauteur leur blaze (signature) dans des tons chauds rappelant l'identité de la Ville rose.

Graffiti rue Lapeyrouse
Meritxell Baldello

Rue Lapeyrouse

À côté de l'entrée des Galeries Lafayette, en hauteur, vous trouverez une fresque réalisée en 2015 dans le cadre du festival WOPS par l'artiste toulousain Der, ancien membre de la Truskool. Les lettrages en 3D renvoient au « Wild-Style » du street art new-yorkais des années 80.

Graffiti rue Sainte-Ursule

Rue Sainte-Ursule

Les illustrateurs Amandine Urruty et Nicolas Barrome ont eux aussi réalisé en 2015 une œuvre dans le cadre du festival WOPS. Des personnages étranges et des animaux habillent un mur de ce quartier commerçant. Et Toulouse n'est pas oubliée : les artistes lui rendent hommage avec une belle saucisse qui trône au milieu de l'œuvre ;)

Graffiti Miss Van
Chloé Sabatier

Rue du Pont de Tounis

Miss Van est revenue à Toulouse en 2016, son terrain de création d'origine pour réaliser une œuvre gigantesque dans le cadre du festival des cultures urbaines Rose Béton. Intitulée « La Symphonie des Songes », cette fresque onirique et poétique peint au pinceau se fond à merveille avec l'environnement urbain.

Graff l'épopée de Gilgamesh
Lucie de Azevedo

30 rue Marceau

Connaissez-vous la très ancienne « épopée de Gilgamesch », une légende contant les aventures du roi d'Uruk à la recherche de l'immortalité ? La version illustrée de Poes et Jober a été réalisée en 2016 pendant le festival Rose Béton. Leur ton coloré, ludique et jovial ainsi que le foisonnement de détails apportent un regard singulier et décalé à ce personnage.

Graff de 100Taur
Sarah Chandioux

Rue des Anges

100Taur a peint en février 2018 une œuvre spectaculaire, rue des Anges. C'est l'une des plus grandes fresques de la ville qui occupe près de 400 m2 d'un boulodrome situé dans le quartier des Minimes. L'œuvre est constituée de créatures étranges et fantastiques inspirées de l'univers de Picasso, de Jérôme Bosch et de la culture populaire : peuple de limaces, taureau, oiseau-messager, Popeye, Bob l'éponge…

Graff à Toulouse
Chloé Sabatier

Métro Saint-Agne

Mayé et Mondé ont réalisé en binôme en 2016 une œuvre singulière aux tonalités harmonieuses. Le thème s'impose au premier regard : « Nous sommes des moutons et nous avons tous besoin d'une bergère », racontent les deux artistes français.
Au premier plan, Mayé a représenté une bergère au corps mécanique et à la posture improbable. Avez-vous remarqué la finesse de la dentelle ? Réalisée entièrement à la bombe !
En arrière-plan, on peut admirer la calligraphie latine de Mondé, influencée par l'esthétique de l'écriture arabe.

Graff à Empalot
Chloé Sabatier

Quartier Empalot

Près du métro Empalot, Hendrik Beikirch, alias ECB, a réalisé deux gigantesques portraits monochromes. L'artiste allemand rend hommage au peuple marocain, des anonymes n'ayant jamais voyagé mais dont les visages sont aujourd'hui exposés sur les murs de plusieurs villes du monde. L'homme berbère est voué à disparaître très prochainement avec la démolition de l'immeuble.
Plus récemment, DER a également signé un immense graffiti coloré sur le mur de l'école Léo-Lagrange dans le quartier Empalot.